À la recherche de la chaussette perdue

jeudi 04 octobre

On ne va pas en rajeunissant

J'aime cette expression, en ce qu'elle dit qu'on va vers quelque chose. Si on ne va pas en rajeunissant c'est qu'on va en vieillissant. Alors ça veut dire qu'on bouge.

Les plus perspicaces d'entre vous auront beau jeu de souligner que là où on va tous c'est le cimetière, mais ce n'est pas comme si j'avais le pouvoir de changer quoi que ce soit, alors je vais plutôt continuer.

C'était hier, et en descendant les escaliers du métro je me revois en train de me demander ce que ça me fera à l'intérieur le jour où je dirai "quand j'étais jeune" en le pensant.

En ce moment, si je dis "quand j'étais jeune" je veux référer au temps où j'étais étudiante. J'ai eu le bac il y a 16 ans, cela représente une autre époque de ma vie. Pourtant si je dis "quand j'étais jeune" le sens de cette expression ne s'inscrit pas vraiment en moi, et de toute façon les gens vont me regarder de travers.

Car pour des raisons que je n'arrive pas à pointer du doigt, je fais beaucoup plus jeune que mon âge. Généralement les gens me donnent 8 à 10 ans de moins.
On pourrait dire que, vivant dans cette société conne et sexiste qui est la nôtre, c'est un avantage. En tant que femme je me dois d'être jeune et fraîche le plus longtemps possible parce qu'après hop, hop, juste une piqure par-ici, hop, hop, on cache ces vilaines ridules, hop, hop, on fait attention, hop, hop, on ne va pas se laisser aller, hop, hop, le rouge corail c'est fou comme ça rajeunit, hop, hop, on n'a plus l'âge pour les imprimés.

Il n'y a que deux âges pour une femme, quand ça va encore un peu puis quand ça ne va plus.

Mais en vrai ça me pose question. Et j'ai l'impression que ne pas porter sur le visage les 35 ans que j'ai déjà passés cache ici un problème.

Je lis Saint-Exupéry en ce moment qui écrit, alors qu'il a 40 ans, dans une lettre à un ami: "Je ne suis ni vieux ni jeune. Je suis celui qui passe de la jeunesse à la vieillesse. je suis quelque chose qui se forme. Je suis un vieillissement".

"Quelque chose qui se forme" me parle, comme si en ce moment je voyais des parts s'extraire d'un tout, des os se calcifier, et dessiner un contour qui est sans doute le mien puisque je n'en distingue pas d'autre.

Je n'ai pas l'impression d'être active en cela et de faire des choix, comme si tout ce que je décidais était attendu de la part d'une femme de ma génération. Mes loisirs? Ceux de l'époque. Mon métier? Sociologiquement prévisible. Mes voyages? Là où tout le monde va.
Quand j'ai un peu l'impression de sortir de la norme et de ne plus être une statistique je réalise que mes amies autour ont le même profil, car on s'est retrouvées ensemble et qu'on se serre entre nous. Le petit groupe de celles qui ne font pas la majorité, certes, mais qui se ressemblent entre elles.

Alors ma vie ce ne sont pas les choix que je fais, les directions dans lesquelles je vais, mais plutôt les choses que je refuse.

J'apparais en creux.

 

*

Il y a quelques mois je me promenais dans le showroom d'Ikea et je me disais, en passant devant les faux appartements recréés à l'échelle, devant les fauteuils en cuir qui veulent imiter les vrais, devant les cuisines intégrées qui ne tiendront que le temps de leur garantie, devant les lits superposés pour entasser adultes et enfants dans si peu de mètres carré, la tristesse de ces existence petites et de ces vies bornées de la chambre à la cuisine en se cognant dans le couloir d'où débordent les chaussures mal rangées.

Quand je suis arrivée devant ce studio.

28m², dit l'affiche. Une photo de jeune fille en dessous. Et à l'intérieur, tout ce dont j'ai toujours rêvé.

Ce petit salon, avec des rangements d'un côté, un petit bureau de l'autre, en haut la mezzanine pour aller dormir, la petite table pour manger, à peine de quoi se faufiler jusqu'à la cuisine, dans laquelle on s'affairera seule car il n'y a pas de place pour deux. La salle de bain, un mouchoir de poche blanc et lumineux, l'entrée petite car, détail pratique, on y a ajouté des rangements.

J'en aurais pleuré, en ouvrant les tiroirs pour mieux découvrir les aménagements proposés dedans, de toucher du doigt quelque chose qui me plaisait si fort mais avait été pensé par d'autres. Comme si j'étais transparente, interchangeable, prévisible, bête enfin.

C'est maintenant la troisième fois que je retourne à Ikea depuis et, même s'il n'y a plus le choc de la première impression, je m'arrête dans cet appartement témoin de rien du tout si ce n'est du fait que tirée à des millions d'exemplaires à travers le monde je ne désire rien de plus qu'une image vendue à travers la planête à d'autres individualités factices comme moi.
À en crever, je voudrais pouvoir refermer la porte de ce studio et dire "c'est chez moi". À en crever, je voudrais ne jamais avoir eu envie de ça.

Il y a moyen de s'user le corps avec des tâches trop lourdes, des métiers épuisants, la maladie et le manque de soins. Alors après avoir accédé à une petite marge confortable où j'ai enfin les sous pour me payer le dentiste, découvrir combien c'est facile de s'user de médiocrité, de petites habitudes, d'objets à la mode jusqu'à ce qu'ils ne le soient plus, eh bien c'est d'une tristesse.

De nos jours, les spécialistes s'entendent bien sur le fait que c'est notre poursuite du bonheur qui nous rend malheureux, et que la lutte pour la survie ayant depuis longtemps laissée place à la grande bataille pour donner du sens à tout, on ne peut qu'être perdants devant tant de choix car on n'aura jamais fait le bon.

C'est donc à dire que même ma dépression est tirée à des millions d'exemplaires.

 

*

En ce moment, je suis prof remplaçante, employée d'une agence qui m'envoit dans une école ou une autre, payée à la journée si je travaille et pas payée le reste du temps.

Tous les matins je me lève à 6h15, je me prépare, je me maquille, je mange mes tartines. A 7h10 j'appelle l'agence, pour dire de vive voix que je suis disponible et prête à partir.
Pour être mise sur la liste.
Ils me rappellent normalement vers 7h25, 7h30. Je leur donne mon assentiment par téléphone, je dois partir tout de suite, je reçois un mail qui a valeur de contrat avec l'adresse de l'école, qui est à 60 minutes de chez moi, il m'en faudra 80 ou 90, j'aurai dû arriver à 8h15, je m'excuse.
Si tout ce passe bien j'ai gagné £130, soit £100 après impots.
Car je suis prof qualifiée.


Si j'accepte un travail de prof assistante, non qualifiée, c'est £70 brut. Après impots je ne sais pas, sans doute £50.
Comme je suis à chaque fois envoyée à l'autre bout de Londres je peux au jour le jour faire le calcul de ce que m'ont coûté les transports (lundi £11.60, mardi £6.80, mercredi £8.80, aujourd'hui je suis restée chez moi).

Parce qu'on m'a proposé une journée de prof assistante, donc après impots ça aurait fait £50, et j'avais déjà £10 de transports.
J'ai poliment refusée.
Parce que je suis fatiguée.
J'ai mal aux pieds de marcher dans les couloirs du métro, de rester debout toute la journée dans des chaussures étroites, j'ai mal à la gorge de forcer ma voix, de crier pour n'être ni entendue ni obéie. Être prof remplaçante c'est me faire enquiquiner par de tout petits morveux qui ont l'arrogance et non l'avenir devant eux. Dans le reste de la classe il y a ceux qui vont s'en sortir mais moi je dois négocier pendant 55 minutes cinq fois par jour avec les pauvres petits idiots utiles du système. La peine que j'ai pour eux, mais un peu de crainte aussi, parce que les gens malheureux finissent toujours par faire du mal aux autres. Je ne leur souhaite par leur futur. Je ne souhaite pas non plus la société qu'ils vont occuper plus que construire.

Alors voilà, peut-être que quand j'étais jeune j'aurais accepté. Mais il y a quelque chose qui s'est passé, je ne sais pas. "Je ne suis ni vieux ni jeune. Je suis celui qui passe de la jeunesse à la vieillesse. je suis quelque chose qui se forme. Je suis un vieillissement" et là je commence à fatiguer.
Une bonne fatigue, une qui me fera bientôt vouloir et aller vers autre chose. J'espère.

 

Posté par _ Aurelia _ à 12:33 - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 30 août

God saves the scones

L'autre jour, je me suis mise en tête de faire un afternoon tea.

C'est-à-dire une décadence de mini-sandwichs salés, suivis de scones à la crème et à la confiture et de pâtisseries.

sandwiches richouxscones richouxgateaux richoux

(Ici, dans un restaurant/salon de thé qui s'appelle Richoux)(j'ai testé et c'était: festif)

 

C'est le bon plan si tu souhaites manger ça un jour vers 17h puis ne plus jamais avoir faim.

L'afternoon tea remonte à la fin du XVIIe siècle et il existe des tas de traditions différentes mais en gros l'idée c'est d'avoir du bon thé, du salé, des scones et du sucré. Je ne suis pas spécialiste mais l'ajout de champagne (ou de prosecco) je peux te dire que c'est récent. Mais bienvenu, évidemment.

sandwiches homemade

(Mes sandwiches à moi)(fierté)

Si tu vas à Londres c'est chouette de tester cette tradition, pour une fois qu'il y a un truc bon à manger dans c'te turne! Les grands hôtels et autres Fortnum&Mason en servent de très bons. Certes, c'est trop cher pour ce que c'est, mais si tu cherches un peu tu en trouveras des chouettes. (Ce qui veut dire en langage clair: regarde sur Groupon).

Aujourd'hui je me concentre sur la pièce la plus traditionnelle, le scone.

Pour 8 scones de taille moyenne (soit 4 personnes)

180 gr de farine blanche
1 pincée de sel
3/4 de sachet de levure chimique
40gr de beurre
30gr de sucre
un peu de lait (attends, je vais préciser)

1. Mélanger la farine, le sel, le sucre et la levure dans un saladier.

2. Ajouter le beurre, travailler du bout des doigts.

3. Ajouter du lait (petit à petit) jusqu'à obtenir une boule de pâte.

4. Abaisser ladite pâte sur le plan de travail, une épaisseur de 2 voire 2.5 cm sera très bien.

5. Se munir d'un verre et trancher dans le lard dans la pâte. Si la pâte colle trop mettre un peu de farine sur le bord du verre va aider. Si tu as un emporte-piece spécial, c'est bien le moment de l'utiliser.
Petit point technique (c'est-à-dire que je connais UN truc et que j'ai décidé de me la raconter). Comme le scone comporte de la levure, si tu souhaites qu'il monte à la cuisson, il faut le trancher d'un coup sec. L'emporte-pièce c'est donc le must. Pourtant, en ayant utilisé un verre, les miens avaient très bien cuits.
On peut donc dire que ce point technique n'a cordialement servi à rien. Je retourne me coucher.

6. Brosser les scones avec un peu de lait, juste le dessus.

7. Faire cuire 12-15 minutes à 200°C jusqu'à ce que ce soit un peu doré.

8. Manger quand les scones sont encore tièdes, avec du beurre et/ou de la confiture.

Les Britanniques possèdent une gastronomie à géomatrie variable, à peu près 80% de leur nourriture traditionnelle est très passable, mais il existe quelque chose de magique et soyeux qui s'appelle la clotted cream. Absolument rien à voir avec nos crème fraîches et autres crèmes fleurette. Si tu en trouves un jour dans une épicerie un peu spécialisée achète un pot, plonge ton scone dedans, tu m'en remercieras pour le restant de tes jours.
Il est possible d'en faire soi-même, j'avoue que j'ai la flemme mais si je me lance je vous montrerai.

scones homemade

(Mes scones à moi, tout juste sortis du four)(ooooooh!)

 

Bon alors, tu vas tenter?

 

 

Posté par _ Aurelia _ à 06:46 - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :
mardi 28 août

On craque pour les crackers (j'ai toujours eu beaucoup d'humour)

J'aime cuisiner.

Enfin non, soyons honnêtes, ce que j'aime c'est manger.
Mais j'aime bien savoir ce qu'il y a dans ce que je mange, j'adore les bons vieux cookies du commerce mais je sens bien que ça ne me fait pas que du bien (on vieillit, que veux-tu), je n'ai pas un budget illimité et finalement j'aime bien mettre au point des recettes de petits trucs simples, rapides, ne demandant pas beaucoup de vaisselle, qui se conservent, que je peux emporter quand je mange à l'extérieur...

J'aime me lancer des petits challenges, tu vois.

Une fois que j'ai trouvé, j'aime bien faire et refaire la même recette, en changeant à chaque fois les ingrédients (car je suis incapable de réellement refaire la même chose, comme expliqué avec brio et un mouton juste ici).

Alors aujourd'hui, on va faire des crackers festifs, qui se conservent hyper longtemps dans une boîte hermétique mais qui n'ont jamais duré plus de 12h chez moi, du coup je ne sais plus.

Ahem.

Crackers 1

Passons à la pratique.

La base:
200gr de farine (blé, épeautre, seigle, sarrasin, riz...)
100gr de flocons d'avoine (le truc à porridge, là)
3 cuillère à soupe d'huile (olive, tournesol, colza...)
1 pincée de sel


Pour parfumer: (en gros, un peu de tout, gratte le fond de tes placards)
graines de lin, de tournesol, de chia, de sésame, de courge
fromages (parmesan, emmental, mozzarella)
olives
thym, romarin, sarriette, fenouil
poivre, piment en poudre

1. Dans un saladier, mélange 200gr de farine, 100gr d'avoine, la pincée de sel et l'huile avec une cuillère (niveau gras tu en mets comme tu veux, ça rend les crackers plus goûteux et plus friables, mais ce n’est pas indispensable alors ça dépend si tu regardes tes calories à la loupe ou pas).

2. Ajoute de l'eau jusqu'à pouvoir former une boule de pâte. (Vas-y tout doucement, ça devient vite glissant)(au cas-où, remets de la farine)

3. Divise le pâton (j'adore le mot pâton)(pâton pâton pââââââton)(pfiou, ça va mieux) en quatre.

4. Mélange chaque pâton (pâââââââââââtoooooooon) avec un assortiment de graines sympa. Jusqu'ici j'ai testé et adoré:
- tournesol et parmesan (une cuillère à soupe de chaque)
- olives noires (dénoyautées, coupées en petits bouts) et une cuillère à café de thym
- chia, lin et tournesol (une petite cuillère à café de chaque)
- sésame (une cuillère à café) et piment (de Cayenne)(plein)(car j'aime quand ça pique)

5. Étale chaque pâton au rouleau à pâtisserie, le plus fin possible (plan de travail et rouleau farinés) et dépose les sur une plaque allant au four. (Avec ces quantités je me retrouve avec deux plaques).

6. Strie les plaques de pâte pour dessiner comme des petits carrés.

Crackers 3 

(Il n'y a que la moitié des ingrédients sur cette photo, c'était mon premier essai, si tu utilises les quantités données tu vas avoir deux fois plus de pâte).

 

7. Fais cuire environ 20 minutes à 180°C (à surveiller, généralement les crackers au fromage cuisent plus vite).

8. Quand ça a refroidit, casse les crackers du bout des doigts et range-les dans des petits bols trop mignons, trempe-les dans du guacamole ou de la salsa si tu as un peu la classe, mange-les direct en faisant des petits bruits de porcinet si tu es comme moi.

Bon appétit.

Crackers 2

(Demain on fait des scones, après-demain un gâteau au chocolat, et après j'oublie à nouveau que j'ai un blog pendant 6 mois).

Posté par _ Aurelia _ à 17:28 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :
mercredi 30 mai

Meurtre dans un jardin anglais

 

Plantes 1

 

 

Plantes 2

 

 

Plantes 3

 

 

Plantes 4

 

 

Bonus jardinage:

Voici Chloé et Carine Chlorophytum, suivies de Sybil Sauge.

Tout juste rempotées, donc.

J'espère qu'elles vont crouler sous la luxuriance vite fait, et si le résultat me plaît je reviendrai en parler à la fin de l'été.

Le chlorophytum était devenu énorme et prenait toute la place dans le gros pot, j'ai donc éclaté séparé la motte et replanté uniquement deux pieds (trois sont partis à la poubelle) en espérant qu'ils respireraient mieux comme ça. Pauvre bête.

chlorophytumsauge

 

 

Posté par _ Aurelia _ à 05:09 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 28 mai

Chili aux framboises

 

Chili 1

 

 

 

Chili 2

 

 

Je fais partie de ces gens incapables de suivre une recette, quand bien même elle comprendrait trois ingrédients.

Et oui, je le reconnais, c'est vrai, la recette du saumon à la chantilly postée la semaine dernière sur Marmiton.org, c'était moi.

 

Cette note est dédiée à Babeth, qui n'hésites pas à changer un p'tit peu les ingrédients de temps à autre.

 

 

 

Posté par _ Aurelia _ à 05:59 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,

jeudi 24 mai

Pizzaaaaaaaa!

 

Venise 1

 

 

 

Venise 2

 

 

Venise 3

 

 

Dimanche, lundi, mardi et mercredi prochain je suis à Venise (puis jeudi, vendredi et samedi à Florence, pas mal de stress dans ma vie, je sais).

Je vous serai éternellement reconnaissante pour tout bon plan, truc et astuce, adresse de pizzeria ou explication de comment ça se passe sur place.

Bisous sur vos truffes!

Posté par _ Aurelia _ à 14:11 - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags : ,
lundi 21 mai

Le gâteau qui fait "bêêêê"

 

Tarte au mouton 1

Tarte au mouton 3

Tarte au mouton 2

 

Tarte au mouton 4

 

 

photo grande

photo detail

(C’est trop mignon, non??) 

 

 

Et le mincemeat c'est ça. (Je vous conseille la video, pour que le délire soit complet).

 

 

Et vous, dans votre famille, vous optez pour des recettes cheloues, et vous façonnez des pandas roux dans la pâte d'amande? Dites-moi tout...

 

Posté par _ Aurelia _ à 16:25 - Commentaires [3] - Permalien [#]
lundi 14 mai

On ne naît pas Dalma, on a les taches qui apparaissent plus tard (vraie info)

 

Simone et Kate

 

 

Quand tu essaies de te situer, en tant que Femme.

Mais que le monde est hostile.

Posté par _ Aurelia _ à 13:00 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
vendredi 11 mai

Self-control

 

half moon pose 1

 

 

half moon pose 2

 

 

 

C'est le week-end les amis!

Bien sûr, si vous buvez je ne peux que vous conseiller de tenter half moon pose juste après.

Puis on s'en reparle lundi.

 

 

Posté par _ Aurelia _ à 06:14 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,
jeudi 10 mai

Docteur qui?

 La note du jour est dédicacée à Anna.

 

Tardis 01

 

 

Tardis 02 txt

 

Tardis 03

 

Tardis 04

 

 

 Sinon... Quelqu'un saurait pourquoi je passe mon temps à faire ça? Et découvre donc toutes les séries cools des années après que tout le monde m'en ait parlé? Et tant que vous êtes là, vous pensez que ça se soigne?

 

Posté par _ Aurelia _ à 06:06 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : ,