photo 12

Metropolitant museum - NYC - 2017

Il y a presque un an j'ai suivi un après-midi de formation très intéressant. En tant que prof dans ma première année j'étais en train de crever de stress et de couler à pic, et cette journée à bien changé ma vie. L'intervenant, la soixantaine, avait une longue expérience en éducation bien sûr, mais en psychologie aussi. Certes, ça aurait pu être un gourou de plus, mais tout ce qu'il nous a raconté a fait écho dans ma petite tête, j'ai appliqué plein de conseils qu'il nous a donnés, et j'ai vu tellement d'améliorations dans mon enseignement et dans ma vie.
Il y avait un conseil qu'il nous avait pourtant longuement détaillé mais que j'ai procrastiné à appliquer.
J'ai fini par m'y mettre récemment, et je me dis que j'aurais bien fait de m'y coller avant.
Il nous avait conseillé de tenir un Journal of Success.
Un journal de hippie plein de positif et de joie, un truc dans lequel on écrirait ce qui irait bien, ce qui serait chouette, ce qui nous aurait rendu heureux pendant la journée, et c'est tout.
En fait c'est une pratique qui est utilisée et étudiée depuis des années en psychologie, et avec l'envol du marché du wellbeing pas mal de magazines commencent à en parler. L'idée ce n'est pas de tenir un journal intime, ce qui peut être long et verbeux, mais plutôt d'écrire vite-fait une petite liste de choses chouettes avant d'aller se coucher.
5 fois par semaine ça suffit, inutile de se mettre la pression pour en faire un exercice quotidien.
L'idée c'est de faire ça pendant 6 semaines puis de faire une pause, et de s'y remettre ensuite.
Il y a des chiffres, des vrais, qui montrent des études en parallèle entre des groupes qui ont cette pratique ou pas, bien sûr je n'ai rien noté et je suis bien embêtée, mais l'idée c'est que ça améliore le sommeil, ça fait baisser le stress, ça donne plus de force pour affronter les petits problèmes quotidien, ça donne de l'énergie pour prendre des initiatives, ça conforte et ça donne envie d'en faire plus.
L'intervenant nous avait conseillé d'ouvrir un nouveau carnet (mais si, tu sais, un de ces nombreux carnets trop beaux que tu empiles sur ton bureau sans jamais oser les utiliser) et d'écrire ces quatre tirets sur la première page:
- 3 choses positives qui me sont arrivées aujourd'hui (allant de "j'ai mangé un croissant au petit-déjeuner" à "mon cancérologue dit que je suis en rémission", rien n'est trop anodin ou trop grandiose, il n'y a pas de limites, l'idée c'est de se souvenir et de coucher sur papier ces trois fois dans la journée où notre cœur a battu un peu plus vite de joie)
- 3 qualités que j'ai démontrées (patience, gentillesse, générosité, compassion, écoute, optimisme, CalmeIntersidéralWhoPutainJ'aiTuéPersonne -le jour où la belle famille sonne à la porte sans prévenir-) 
- 3 choses pour lesquelles je ressens de la gratitude (de "pour une fois mon train était à l'heure" en passant par "tiens, toujours pas de guerre nucléaire en vue", il y a tellement de choses positives qui nous entourent et qu'on tient pour acquises)
- 3 choses positives qui sont arrivées à quelqu'un d'autre que moi (et là c'est pas mal, parce que se décoller le nez du guidon et se demander comment les autres ont vécu la même journée que nous c'est peut-être le point le plus intéressant je trouve)
Cela ne prend que quelques minutes, même pas 5, le soir avant de s'endormir.
Histoire d'en mesurer les effets il faut bien sûr faire ça sur quelques semaines/mois.
Envie d'essayer? J'ai commencé il y a quelques semaines, je compte faire un petit bilan au printemps prochain. C'est un petit cadeau à toi-même, qui ne coûte rien et peut rapporter beaucoup.
PS mega important à lire: parfois on est en proie a des idées noires et nos comportements s'en ressentent. La dépression est une pathologie à part, et je ne pense pas qu'on s'en sorte sans aide. Ce n'est pas "en se mettant au sport" ou "en allant faire un tour" qu'on reprend le dessus, c'est avec l'aide de personnes qualifiées et dans un cadre thérapeutique. Ici, avec ce Journal, on prend du temps pour soi pour regarder en face les choses positives qui nous arrivent et visualiser comment on les ressent, on fait la part des choses et on souffle un peu. C'est totalement différent, j'insiste énormément là-dessus, on ne soigne pas la dépression avec de la pensée magique, ici on parle bien d'un coup de pouce sympa pour aider à faire face au stress du moment.

At the Jazz Band Ball - Bix Beiderbecke and His Gang, 1927