vendredi 19 mai

Souple et élastique

 Mercredi, j'ai réussi à faire cette posture au yoga.

 

Nancy-Kate-shoulder-stand

Bon, en soit ce n'est pas la fin du monde, mais c'est toujours un tel sentiment de victoire quand on arrive enfin à faire quelque chose pour la première fois après avoir pas mal essayé, non?

Les témoignages qui me décrivent courant autour du studio de danse avec mon t-shirt sur la tête comme un footballeur sont complètement exagérés, par contre.

En fait, comme toute posture qui encourage à avoir le cucul par dessus la têtête, c'est un peu plus impressionnant à faire qu'à voir, parce que ça fait comme des guilis du côté de la sensation d'équilibre. (Tu es fermement ancré sur le sol mais tu te sens presque voguer dans l'atmosphère avec les petits oiseaux).

La suite logique c'est ça (je l'ai fait aussi, je n'ai aucune limites je vous dis) et en terme de tête-à-tête avec ton nombril on ne fait pas beaucoup mieux.

Halasana

 

Certes, je me suis claqué un truc dans le dos et je ne peux plus bouger une seule épaule depuis, mais je reste persuadée que c'est une coïncidence.

 Au fait, j'ai reçu une réaction à la note d'hier...

IMG_20170518_155937481~2

 

Bon week-end, et pas trop de porridge, hein!

Posté par _ Aurelia _ à 05:42 - Commentaires [2] - Permalien [#]

jeudi 18 mai

Nourriture, donc

IMG_20170506_163759914

J'avais promis de la nourriture, et me voilà donc prête à partager ma dernière découverte culinaire en date. Une recette d'exception, qui fond sous la dent et va faire de vous l'hôte le plus prisé du tout Paris.

Le porridge à la courgette.

Eh oui.

(Fin de la blague).

Car non, je ne plaisante pas. Un jour où j'avais souhaité m'auto-faire du mal, un jour où je voulais que la vie perde son sens, un jour où j'avais décidé d'arrêter le sucre, donc... J'ai eu envie de me faire un p'tit bol de porridge. Et d'y ajouter du sel.

C'est ainsi que les Écossais le mange, et ça en fait un peuple fier et qui roule les "r". Voilà qui me donnait envie.

La vérité c'est que mes flocons cuits à l'eau avec du sel (et du poivre) étaient vraiment délicieux. Comme il m'arrive aussi parfois de faire cuire mon porridge au four, dimanche dernier j'ai tenté la recette qui suit:

- 240gr de flocons d'avoine 

- 1 grosse courgette

- du bouillon de légumes

- du sel et du poivre

J'ai mis les flocons dans un saladier, j'ai ajouté la courgette coupée en lamelles fines, j'ai recouvert de bouillon et j'ai attendu que ça gonfle. (Le bouillon c'était un cube dans un litre d'eau bien chaude, ça en faisait un peu trop, j'ai dû enchainer avec un gratin).

Une fois que mes flocons ont eu l'air bien imbibés j'ai ajouté du sel et du poivre, j'ai tout versé dans un plat à four avec encore un peu plus de bouillon, et j'ai fait cuire un certain temps. Plus d'une demi-heure. Histoire que tout le bouillon soit bien évaporé.

Comment ça, tu souhaites des indications précises ?

Mon four, c'est le croisement entre un silex chauffé à blanc frotté et un réacteur nucléaire. Que les aliments y cuisent est en soit un miracle, n'espère pas non plus un temps de cuisson réglementaire.

Ne doutant pas une seconde que tu es sur le point de faire ma recette miracle et de t'en délecter pour tes 6 prochains petits déjeuners (240gr de flocons font 6 portions, te voilà prévenu) j'attends de pied ferme tes photos Instagram avec le hashtag #JeSuisPorridge.

Et pour ceux qui s'attendaient à une VRAIE recette alléchante, à base de ganache praliné et de crème légère...

En juillet cela fera 6 ans que j'habite en Angleterre. Vu comment mon alimentation dégénère à vue d'oeil, je crois qu'on peut dire que je suis bien intégrée.

PS: non, la photo n'a rien à voir, mais entre du porridge à la courgette et un bien beau paysage anglais, qu'est-ce que tu choisis? Voilà, hein. On est d'accord. 

Allez, à tes fourneaux! J'ai trop hâte d'apprendre que tu as remplacé l'avoine par du beurre et la courgette par du chocolat et que du coup tu t'es retrouvé avec un truc BON dans ton assiette. #JeSuisBrownie

Posté par _ Aurelia _ à 05:28 - Commentaires [7] - Permalien [#]
mercredi 17 mai

"Il faut imaginer Sysiphe heureux" (Albert Camus) "BWAAAAAAAAAAAAAH" (répond Aurélia Dalma)

 

IMG_20170416_214106059

(Je m'excuse bien platement pour la piètre qualité de la photo, mais la force philosophique de Sally et Charlie Brown est intacte).

 

Quand j'étais petite j'ai fait le conservatoire en hautbois. J'ai commencé en CP avec le solfège, puis j'ai continué jusqu'au bac, puis j'ai eu trop de travail et j'ai tout arrêté. (Ma mère m'avait alors dit d'un air profond et en hochant la tête: "un jour tu comprendras pourquoi tu arrêtes maintenant")(je n'ai toujours pas compris)(ca s'appelle le talent, ne faites pas ca chez vous si vous n'êtes pas professionnels en talent).

Pendant toutes mon enfance et mon adolescence aller au conservatoire faisait parti de mon quotidien, je faisais de l'orchestre, de la musique de chambre, des tas d'auditions, de concerts et d'examens.

Ma prof était une très bonne prof de hautbois, et elle m'a parfois donné des conseils qui me suivent encore.

Par exemple, pour tous les instruments, il faut faire ses gammes. Ce n'est pas un moment très chatoyant, c'est l'échauffement, pour délier les doigts, la posture, le souffle.

En hautbois, le dosage de l'air et de la pression est intense, et bien plus encore quand on joue des notes très graves ou très aiguës. Qui parfois ont du mal à "passer".

J'étais censée faire mes gammes tous les jours, bien sûr je les oubliais souvent.

Puisque je savais que ma prof ne me demanderait pas de les jouer devant elle.

Un jour, comme tu l'auras déja anticipé, lecteur facétieux, elle m'a fait jouer. Le milieu de la tessiture est passé tout seul, les graves ne sont quasi pas sortis, les aigus ont couiné de facon insupportable.

Ma prof a écarté ses mains de quelques dizaines de centimètres et elle a dit: "tu vois, en ce moment tu peux jouer de là à là. Mais si tu ne te forces pas à jouer les notes les plus graves, les notes les plus aiguës (et elle a écarté les mains encore plus) alors c'est toute ta tessiture qui va rétrécir (et ses mains se sont dangereusement rapprochées). Et même les notes qui te sont faciles maintenant vont devenir de plus en plus dures à jouer".

EH BEN LA VIE C'EST PAREIL.

Quand on a la flemme de de repousser nos limites, petit à petit elles se referment sur nous.

Eh ui.

En tout cas c'est ce que je me dis quand je lutte à mort contre TOUT (les étiquettes qui grattent, le Brexit, le travail, ma hiérarchie, les transports en commun, les gens dans les transports en commun, ma coloc qui claque les portes, les insomnies, et les etiquettes qui grattent)(#vraisproblemes).

J´ai l'impression que je m'épuise et que je perds juste mon temps, alors pour me consoler je me dis que je repousse à mains nues des limites qui comme ça ne se referment pas sur moi.

Merci d'avoir lu jusque là mais demain, par contre, on parle de nourriture.

Posté par _ Aurelia _ à 05:24 - Commentaires [5] - Permalien [#]
mardi 16 mai

Marquée à la culotte

Je fais du yoga trois fois par semaine.

Tout ce sport, eh oui!

Avec une régularité de métronome, eh oui!

Depuis presque 18 mois sans discontinuer (car même quand je pars en vacances je prends mon tapis avec moi), eh ouiiiiii!

(applaudissements de la foule en délire, demandes d'autographes, fans foufous qui me supplient de leur donner mon secret).

Le secret c'est que j'en ai besoin, autant pour faire comprendre à mon lard qu'il faut qu'il se détache de mon cucul, que pour maintenir ma scoliose à distance.

Ah, et aussi parce que la prof est exceptionnellement géniale.

Le seul petit souci c'est de se ballader en legging pendant les cours. Oh bien sûr on en porte tous un, oh bien sûr on montre tous popotin à la ronde, mais tout de même, la grosse marque de culotte que je me payais à fini par peser.

"Je vais m'acheter un truc sans coutures", j'ai pensé.

Aussitôt dit, aussitôt fait et... Non. Ma fesse rebelle continuait à marquer le pli.

J'étais un peu dépitée mais j'ai cherché encore, je me suis enfoncée dans les méandres du rayon slip à mémé de chez Marks and Spencer, et j'en suis resortie avec un truc qui va de la fesse à sous les bras à peu près, en couvrant tout au passage, en pure microfibre sans coutures, opaque certes mais plus invisible tu meurs.

Une fois sous mon legging, j'étais la discretion même.

J'en ai acheté un bon lot, et maintenant je ne me soucie plus de mes arrières.

Sauf que trois fois par semaine, quand je m'habille le matin et enfile ce qui ressemble fort aux braies d'Obelix (mais Obelix en microfibres) je suis la dépression même.

Ça ne s'explique pas, mais c'est dur quand même.

Ce qui fait que l'autre jour, quand je suis tombée sur cette BD de Sarah Andersen (que j'adore par ailleurs) je me suis étouffée dans mon tilleul-menthe.

 

andersen-comic-funny-sarah-Favim_com-3840430

(Quand je porte de jolis sous-vetements --> Secrètement heureuse

Quand je porte des sous-vetements moches --> secrètement malheureuse)

 

Nous sommes donc au moins deux à avoir un lourd passif de slip...

Avec toi?

Posté par _ Aurelia _ à 05:33 - Commentaires [2] - Permalien [#]
lundi 15 mai

Entre mes mains

IMG_0884

J'ai vécu jusqu'à assez tard chez mes parents, et un jour je ne sais pas pourquoi ça a arrêté d'être chez moi. Quand j'étais petite je ne me posais même pas la question, et puis un jour ça a arrêté comme ça. Il était temps de partir découvrir d'autres horizons. (Ce que ne veut pas dire que je n'y reviens pas avec soulagement pour les vacances, et que les projets de déménagement répétés avec fougue de mes parents ne me stressent pas jusque là).

Depuis que j'habite à Londres, je loue direct à des propriétaires, avec des contrats bidons qui ne tiendraient pas deux secondes devant un avocat. Tout peut s'arrêter en une seconde, je peux me faire virer du jour au lendemain et ce n'est pas une métaphore. D'ailleurs ça m'est arrivé il y a trois ans, ce fut un beau traumatisme, vu que se loger à Londres c'est juste complètement horrible.

Parfois je me dis que je dormirais mieux la nuit si j'avais un vrai toit sur la tête, parfois je me dis que quand on est pauvre c'est mieux d'avoir des goûts de pauvres, et que je fais tellement partie de cette génération de locataires à la vie à la mort que je devrais juste arrêter d'y penser et trouver ma tranquillité ailleurs.

J'aime cette phrase qui dit que le sage a sa maison sous ses pieds. La mienne est dans mes mains. Où que je sois, je retourne mes mains, paumes vers le haut, je les regarde et je suis chez moi.

Je les connais par coeur, toutes leurs petites rides, il paraît que lors de ma première journée sur terre j'ai passé des heures à les regarder comme un cosmonaute miniature en apesanteur.

Toi aussi lecteur, viens partager tes névroses cheloues dans les commentaires.

À moins que tu ne préfères partager ta recette des crêpes.

C'est bon les crêpes.

Posté par _ Aurelia _ à 07:57 - Commentaires [3] - Permalien [#]

jeudi 13 avril

Dessine-moi un mouton avec des couettes

Dis, lecteur, ça te dit de recevoir un beau paquet enveloppé dans du papier cadeau imprimé teckel?

Non parce que voilà, je possède le plus beau papier cadeau du monde (imprimé teckel) et je ne savais pas comment t'en faire profiter (de l'imprimé teckel), du coup j'ai peint quelques aquarelles juste pour avoir un truc à expédier. Qu'est-ce que je ne ferais pas, pour du papier cadeau (imprimé teckel) beau comme ça!

Tu veux jeter un oeil ?

Tiens, regarde:

Est-ce que toi aussi tu détestes quand tu manges ton sandwich au beurre de cacahuètes assis sur ta belle nappe écarlate et qu'un écureuil sournois vient tout te piquer?

picnic

 

Je ne dis pas que Muireadhach et Zorro sont la même personne, je dis juste qu'on ne les a jamais vus au même endroit au même moment.

zorro2

 

Cousine Faoiltiarna regarde un peu trop Masterchef, sa soupe aux épinards est de plus en plus étrange. VENDU

sorciere2

 

La Saint Patrick ce n'est pas juste un jour par an, si on a le sens de la fête chevillé au corps (et pas mal de pintes de Guinness aussi).

danse2

 

Et sinon, tu connais la Fée N'importe Quoi, la Fée Que Ce Qu'elle Veut et la Fée Des Bêtises? Il paraît que grâce à leurs pouvoirs magiques, si tu accroches ce tableau dans la chambre de tes enfants, ils ne la rangeront plus jamais. C'est fou, hein ?

fees2

 

Pas grand chose à voir mais... Muireadhach souhaitait poser à côté de sa bibliothèque. Et oui, bien sûr qu'il a lu tout ce qui s'y trouve, d'ailleurs ça ce n'est même pas le dixième du quart de sa collection, attends. (Tu as vu les serre-livres en forme de dragon? Il en est si fier)(mais vraiment, tu sais). VENDU

bibli2

 

Les gens avaient dit à Cousine Morrighan qu'elle se lasserait bien vite de son île déserte. Mais ça fait maintenant trois mois qu'elle n'adresse la parole qu'à son cocktail bien tassé et franchement ça se passe super bien. Faut dire qu'avant elle était prof, alors le silence intense simplement brisé par le pas feutré du crabe timide c'est son dada.

plage2

 

Tu souhaites accrocher un de ces tableautins laineux au dessus de ta cheminée en marbre ? Rien de plus simple.

Les commandes se font dans les commentaires de cette note seulement (comme ça je peux voir qui commande quoi en premier)(ton nom et ton mail suffisent, pas besoin d'avoir un blog)(et je suis la seule à voir ton adresse).

Chaque tableau fait 13x18cm et l'aquarelle à l'intérieur 10x15cm (comme une carte postale).

Le cadre est soit à poser soit à suspendre, la vitre est en plastique alors les enfants peuvent jongler avec en toute quiétude, ça ne cassera jamais.

Le prix c'est 25 euros frais de port compris et j'expédie tout ça en lettre prioritaire dès demain.

 Si tu es sage, j'ajoute un autocollant avec un éléphant rose. Car j'ai le sens du packaging.

Alors, qu'en dis-tu ?

preview

Posté par _ Aurelia _ à 06:46 - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : ,
dimanche 19 mars

Elise a un problème

Elle a une malformation au niveau des yeux, et ses pupilles n'accomodent pas la lumière.

Parfois elle y voit très bien, et parfois ses pupilles ne se rétractent pas et elle est complètement aveuglée.

Quand je sais que son groupe arrive dans ma salle je baisse direct les stores et je mets la lumière électrique.

En Angleterre le tableau noir et la craie ce n'est pas leur truc, tout se passe sur des tableaux blancs avec marqueurs, et sur des tableaux retroéclairés sur lesquels les cours sont projetés. (J'essaie de dire par-là qu'on est dimanche soir et que je prépare des PowerPoints, parce que c'est comme ça que j'enseigne).

Pour Elise j'imprime le PowerPoint en grand format, une slide par page, et c'est comme ça qu'elle suit. Elle est assise au premier rang bien sûr, mais si j'écris quelque chose au tableau, un truc improvisé pas sur son PowerPoint imprimé, je viens et j'écris dans son cahier.

Elise participe à mort, elle lève tout le temps la main, s'insurge si je ne l'interroge pas assez, parle français en toute confiance (elle parle gujarati à la maison et anglais à l'école, les enfants qui parlent déjà deux langues -et il y en a énormément à Londres- sont parfois moins apeurés en cours de langues).

Elise a quand même un niveau assez faible, et son écriture se ressent de son handicap, elle écrit plutôt gros et pas très droit.

Mais je suis sûre qu'elle fera son bonhomme de chemin, parce que son handicap a plus l'air de la booster que de l'arrêter. Quand elle doit travailler en groupe, si les autres élèves ne tourne pas les documents vers elle assez vite, je la vois attraper les feuilles d'un coup sec et les parcourir, le nez collé, pour ne pas en perdre une miette et se retrouver dernière.

C'est elle qui est venu me dire que je devais lui imprimer les cours.

C'est elle qui me rappelle, quand je change la façon dont les élèves s'assoient dans ma classe, qu'elle doit rester au premier rang.

Le jour de la rencontre parents-profs ses deux parents m'ont demandé si je savais que leur fille avait droit à 25% de temps en plus pendant les contrôles. Ce n'était qu'une question rhétorique, j'ai bien aimé.

On est vendredi, il est 15h15 et les élèves ont fini semaine. Je suis en train de changer de bâtiment et me voilà prise dans une foule dense de petites filles pressées de rentrer chez elle. (J'enseigne en école de filles, c'est assez courant les écoles unisexes en Angleterre).

Je me retrouve à marcher à côté d'Elise, mais je ne sais pas si elle me voit.

"Hello Miss" elle dit. Ah ben voilà. "Hello Elise" je réponds.

"We have French on Monday?" elle demande.

On est en mars, je ne connais toujours pas mon emploi du temps, du coup je réponds "yeuweughyaeuwellyesIthink".

(Cette cascade est excécutée par un professionnel, ne faites pas ça chez vous).

"I like French, I like reading a lot", elle ajoute.

Et elle m'explique qu'elle lit au moins cinq livres par semaine, et elle me montre avec ses doigts combien les livres qu'elle lit sont épais.

Je lui réponds que moi aussi je lisais beaucoup quand j'avais son âge, et que j'adorais le français.

On s'est arrêtées au milieu de la cour et on laisse les autres élèves nous dépasser. Elle me pose alors la question que toutes mes classes me posent les unes après les autres: mais alors en France, on étudie le français, comme ici en Angleterre on étudie l'anglais? La litterature et tout et tout?

Pour mes élèves le français c'est un déluge de grammaire barbare, et un truc plutôt pas vraiment utile, alors que l'Anglais c'est le sujet le plus important de leur emploi du temps.

J'explique que oui, qu'on étudie des romans et qu'on écrit des rédactions, que c'était ma matière préférée.

Je l'ai étudié à la fac, alors? Non, j'ai étudié l'histoire. Ah bon, mais pourquoi j'enseigne le français? Parce que c'était ma langue maternelle, alors quand j'ai décidé de devenir professeure en Angleterre on m'a autorisée à l'enseigner.

Ah bon. D'accord.

"Have a nice weekend, Miss"

"Have a nice weekend, Elise, see you Monday".

Posté par _ Aurelia _ à 21:21 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :
dimanche 19 février

New-York - Avant de partir

Quand j'ai préparé mon voyage à New-York, j'ai bien sûr acheté un guide papier (le Lonely Planet) mais c'est vraiment sur internet que j'ai trouvé toutes les informations dont j'avais besoin. J'ai adoré lire des récits de voyage sur des blogs, je m'y voyais déjà, j'ai glané des détails très pratiques, du coup je me suis dit que mon blog pourrait maintenant aider d'autres gens à préparer leurs vacances, alors j'ai tout regroupé dans quelques notes et voilà.

Aujourd'hui, quelques conseils pour préparer le séjour.

americas

Midtown

 

1) Trouver un billet d'avion:

C'était la première fois que je faisais un trajet aussi long en avion, et même s'il existe des compagnies low-cost qui font Londres-New-York tous les jours, je n'ai pas trouvé la différence de prix très importante et j'ai préféré m'en tenir à British Airways, pour ménager mon petit confort et ne pas arriver là-bas complètement claquée. Je pense que j'ai bien fait mais après tout si tu es jeune et fou grand bien te fasse, grace à ma crise de la trentaine j'ai appris à me ménager, je ne sors plus sans ma petite laine et ça me va mieux au teint. 

Bien sûr j'ai passé des mois à surveiller nerveusement les fluctuations des prix du billet sur Skyscanner, (et je recommande le site, après tout ça permet de faire plein de comparaisons quelle que soit ta destination), à lire des discussions en ligne qui expliquent que le prix du billet le moins cher s'obtient un mardi soir de pleine lune si on chante du Elvis en sautant sur un pied, mais comme je n'avais pas trop le choix dans les dates ou les horaires, vacances scolaires oblige, j'ai fini par réserver directement sur le site de British Airways. Comme je rentre en France quatre fois par ans depuis bientôt 6 ans, je commence à me sentir très détendue du slip dans les aéroports (tellement que j'ai failli rater mon dernier vol pour la France et passer Noël dans la boutique duty-free du Terminal 3 de Heathrow mais passons), j'ai même la carte de membre Executive Club alors s'il vous plaît, je vous en prie. (Oui, c'est la carte de fidélité de base, pas du tout classe affaire, mais sur le coup si on le dit vite ça en jette).

 

statue

Miss Liberty

2) Se loger:

Je suis bien sûr allée sur Airbnb et je ne rentrerai pas dans les polémiques du moment (surtout parce que je n'y comprends rien, en fait) mais je n'ai logé que chez des vrais gens qui font ça en plus de leur activité professionelle (en gros je logeais chez une femme qui vit seule avec sa fille, ça doit metre du beurre dans les épinards), même si je sais qu'il y a aussi des particuliers qui maintenant ne font que de la location. Pour moi c'était la solution la moins chère mais aussi la plus rassurante, je pense que c'est peut-être parce que j'habite en colocation depuis que je vis à Londres, mais je suis beaucoup plus anxieuse à l'idée d'aller à l'hôtel qu'à l'idée de dormir dans la maison de parfaits étrangers. (Je compte à l'instant que depuis juillet 2011 j'ai déjà vécu avec 13 personnes en tout, ça décoiffe).

J'ai bien sûr choisi des locations avec toutes les vérifications Airbnb possibles, chez des gens qui louaient depuis longtemps et avaient des dizaines de commentaires clients ultra-positifs.

La première nuit j'ai pris une chambre toute proche de l'aéroport, car je savais que j'arriverai tard. Puis le lendemain matin j'ai rejoint Brooklyn et l'appartement où j'ai ensuite logé le reste du séjour. 

pont

 Brooklyn Bridge

3) Internet et téléphone:

Il paraît que les US regorgent de wifi, mais moi je voulais avoir des data et pouvoir utiliser mon téléphone partout (car mon sens de l'orientation est proche de celui de la poule à qui tu viens de couper la tête, pour bien te situer, et sans CityMapper je n'aurais jamais survécu) alors j'ai commandé une SIM chez My Sim Usa. La carte SIM est arrivée très rapidement, je n'ai eu qu'à l'insérer dans mon téléphone désimlocké et tout a marché du premier coup. J'avais un numéro américain, j'aurais pu appeler et envoyer des sms, ou recevoir des appels à prix local. Je ne m'en suis pas servi mais j'imagine que c'est intéressant si on voyage dans une perpective plus professionnelle. Un peu cher mais je recommande, si ton opérateur ne te propose rien de mieux. 

 

moma

Au MoMa

4) Passeport et ESTA:

Assures-toi que ton passeport est à jour, c'est chatouilleux un douanier américain, j'aime autant te dire. Mes papiers étaient en règle, mais ils m'ont quand même fauché un sandwich au beurre de cacahuètes. J'en couine encore.

Et va aussi sur le site officiel pour faire ta demande d'ESTA. On ne me l'a pas demandé mais c'est pourtant obligatoire. C'est 14$ et c'est valable deux ans, ça remplace les anciens visas. Avec ça tu peux rester 90 jours pour du tourisme, et quand tu arrives à la douane tu auras pris soin de noter l'adresse de ta location pour bien expliquer où tu vas crêcher (Airbnb ou autre) parce que ça par contre on me l'a demandé.

Tu voyageras avec une valise certifiée TSA, aussi, jeune étourdi. Sinon je ne te dis pas dans quel état tu la retrouveras après le passage des douaniers.

colombus

Midtown

5) Depuis JFK:

Pour rejoindre Brooklyn ou Manhattan tu peux bien sûr prendre un taxi. De JFK à Manhattan c'est $50 prix fixe avec les taxis agrées. Mais avec les transports en commun c'est très simple aussi. Depuis l'aéroport tu prends le AirTrain (train qui fait une petite boucle en ramassant les gens dans chacuns des terminaux de JFK puis qui les emmène vers un arrêt de la ligne A qui s'appelle Howard's Beach). Une fois que tu es là, tu es officiellement dans le métro (subway) new-yorkais et tu rejoins ta destination. Pour pouvoir prendre cet AirTrain tu dois avoir une metrocard (la carte des transports de New-York) avec 5$ dessus, c'est le prix du trajet, mais elle ne sera en vente qu'à Howard's Beach. Comment faire? Ben monte dans le train quand même, une fois à destination tu achèteras ta carte, et mettras des sous dessus, et c'est comme ça que tu seras autorisé à quitter ledit train. Tu paieras le billet à la fin, quoi.

Tu n'as rien compris? Ce paragraphe est confus? "Ce qui ne te tue pas te rends plus fort", avait dit Nietzsche en parlant des transports en commun de New-York. "Et te donne envie de tout faire à pied", j'ajoute.

Mais passons.

 

night

Upper East Side

6) Divers:

Il faut que ton téléphone soit chargé quand tu arrives à la frontière (parce que s'il est éteint ça veut dire que tu es un terroriste)(eh ben si)(enfin en tout cas c'est une nouvelle règle), il parait que beaucoup de gens se font confisquer leur appareil parce qu'il est à plat.

Fais des photocopies de tes documents importants (Carte d'identité, passeport, réservations diverses, cartes bancaires MAIS FAIS GAFFE À NE PAS LES FAIRE TRAINER N'IMPORTE OÙ PETIT MALIN) parce que si tu venais à te les faire voler ça serait beaucoup plus facile de courir à l'ambassade et d'appeler ta banque avec ce genre de renseignements pour tout faire bloquer. Cette astuce grands voyageurs m'a bien aidée il y a quelques années quand je me suis fait voler mon portefeuille à l'étranger, avec mes super photocopies les formalités ont vite été expédiées. Depuis je voyage toujours avec mes documents importants dans mon sac à main et mes photocopies dans une valise à part.

Je porte une ceinture et des bretelles et je le vis bien, quoi.

 

chien

Padoum padoum

 

Posté par _ Aurelia _ à 21:13 - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags : , ,
lundi 07 novembre

Nom d'une bûche en chocolat!

Toute flambant neuve et porteuse d'un concept vachement avant-guardiste, laisse-moi te présenter la collection de cartes de Noël 2016.

Dessiner des Rudy Reindeer tout pompette? Très fashion. Les scanner et les mettre en forme dans Photoshop? Vraiment trendy. Ajouter des couleurs? Booooouuuuh, so 2015! Eh oui, tu l'auras compris, la tendance est au co-lo-riage. Ce truc si chouette que tu faisais à l'âge de quatre ans avec tes crayons à la cire, et qui est maintenant reconnu d'utilité mondiale dans la lutte contre le stress.

Moi, la santé c'est mon dada. Je ne pouvais donc pas laisser le monde triste, seul, éploré, et sans moutons à colorier.

Alors j'ai agi.

J'ai choisi du beau papier très très épais, un carton de qualité sur lequel on peut dessiner (crayons, feutres, aquarelle, vazy tranquille, j'ai fait tous les tests), j'ai tracé quelques Rudy dans son habitat naturel et... Voilà!

Soit tu les colores toi-même et les envoie après.

Soit tu les postes encore en noir et blanc et c'est à ton interlocuteur de faire le boulot.

Soit tu les files discrètement aux enfants pour les tenir occupés pendant que tu tentes de fignoler le repas du jour... Puis ils enverront tout ça à leur grand-parents/parrains/marraines/nounou préférée. En fait c'est de la carte PÉDAGOGIQUE, quoi!

Please, passez vos commandes jusqu'à mercredi 20h, après je dois tout envoyer à l'imprimeur et il n'y aura pas de cartes en plus.

(Pardon de crier en rouge mais c'est assez crucial, comme info).

Oh, et il n'y a jamais de cadre noir autour de mes cartes, je rajoute ça juste pour pouvoir les montrer sur le blog (à fond blanc). 

 

Devine qui fait tout le boulot dans l'atelier du Père-Noël? Mais oui, les petits elfes-moutons dodus!

01 - Mouton-elfe à chapeau

Mouton elfe de noel preview

 

Décorer le sapin est une affaire sérieuse, surtout quand ledit sapin fait 5 mètres de haut.

 02 - Les moutons sortent l'échelle

Moutons decorations sapin preview

 

 

Les chocolats c'est sympa, le vin chaud aussi, mais les bisous sous le gui ça a quand même bien de l'allure, parole de renne.

03 - Rudy et Ermeline

Rudy bisou preview

 

Un bonheur que peu d'entre nous connaissent: acheter un pull de Noël avec notre gros nez rouge brodé dessus. Ok, en fait, SEUL Rudy connaît ça.

 04 - Rudy et son chandail personnalisé

Rudy pull de Noel preview

 

Une boîte de crayons, un train électrique, une paire de chaussons? Non, le plus beau cadeau c'est Rudy qui sort de sa boite bien sûr!

(En tout cas il en est fermement persuadé).

05 - Rudy qui bondit 

Rudy sort du cadeau preview

 

  Bien sûr, les cartes de l'année dernière sont toujours là.

Et les autocollants aussi, parce qu'ils sont si luxe et glossy: 30 motifs différents et trois exemplaires de chaque, ça fait 90 stickers à coller partout.

 

 

preview_stickers

1_stickers_2

Bien sûr, les moutons boivent toujours avec modération. 

 06 - Mouton-Rotschild

preview impression moutons new year

  

Bien sûr Rudy mange toujours les biscuits et laisse les carottes au Père-Noël

07 - Rudy partage

preview impression Rudy cookies

 

Bien sûr Rudy aime toujours autant la musique country

08 - Rudy, le cow-boy de Noël

preview impression Rudy country et chien

 

Bien sûr, Rudy sait lever le coude avec entrain 

09 - Merry Christmas

preview impression rudy vin chaud

 

Et les plus anciennes cartes, vous vous en souvenez?

10 - Rudy et son banjo

preview banjo_appercu_1

 

11- Les moutons sous le gui

preview gui_appercu

 

12 - Il fait si soif

preview mulled_wine_appercu

 

13 - C'est fête!

preview party_time_appercu

 

14 - Le clou du spectacle

preview pudding_appercu

 

15 - Les bonnes résolutions

preview resolutions_appercu

 

16 - Tout est sous contrôle

preview cadeaux_impression_moo

 

17 - Au clair de la lune

preview chant_impression_moo

 

18 - A table!

preview pudding_impression_moo

 

19 - Petit mouton Noël

preview sapin_impression_moo

 

Les prix: cette année les cartes à colorier coûtent 2,70€ pièce (c'est à peu près le prix coûtant, parce que c'est beaucoup plus cher de faire imprimer sur du papier à dessin)(mais ça en vaut la peine, crois-moi) (et chaque carte est bien sûr livrée avec une belle enveloppe rouge assortie).

Les cartes de l'année dernière (cartes 6 à 9) sont à 1,50€ (oui, l'enveloppe est toujours là).

Et les cartes encore plus anciennes (cartes 10 à 19) sont maintenant à 1€ (avec une enveloppe, tu m'arrêtes mais je crois que j'allais oublier de le préciser).

Le carnet d'autocollants coûte 7€ (non, là il n'y a pas d'enveloppe, ça ne servirait pas à grand chose).

Je calculerai ensuite les frais de port mais c'est du tarif lettre donc ça va.

Pour passer commande, un petit mail à clafoutissimo[@]gmail.com, ou un commentaire sous cette note de blog!

 

Posté par _ Aurelia _ à 03:01 - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,
lundi 03 octobre

"Ce qu'il faut de sanglots pour un air de guitare"

 

Mumu qui danse blog

 

Parfois je me dis que j'ai totalement raté mon adolescence.

Déjà, je n'ai quasi pas fait de crise. Je n'ai pas fugué, ou alors juste une fois: jusqu'à la boulangerie et c'était pour un croissant aux amandes.

Je n'ai pas versé dans le satanisme, sauf si lire trois fois Bridget Jones ça compte.

Je ne suis même pas devenue emo tendance gothique maquillage noir et corbeau sur l'épaule. J'avais un teckel, c'était autrement plus dramatique (quand ça fait pipi sur un tapis, par exemple)(sur les trois heures du mat')(en mode furtif, quoi).

J'aurais vraiment du virer gothique, c'est maintenant que je me rends compte à quel point j'étais faite pour la petite larme peinte à l'eye liner Yves Rocher sur une joue hésitante.

Tu te souviens quand, en janvier dernier, je t'ai dit que je fermais boutique pour de bon ? Vu que la plénitude de l'existence prenait toute la place dans ma vie ensoleillée et que seul le bonheur occupait l'espace de mes bras ?

J'étais shootée au yogurt/muesli/blueberries/chia pudding, je ne vois que ça.

J'étais étudiante pour devenir prof, surtout. Là, tout maintenant, je suis justement prof, quelle coïncidence. Par contre, au rythme où vont les choses, l'année prochaine j'épile des chèvres dans le Larzac et je fume le résultat, je pense.

Je n'en dis pas plus, je ne veux pas gacher le suspens. Toutes ces histoires tordantes d'élèves qui se jettent des tables à la tête doivent être racontées en temps et en heure.

Mais disons qu'il y a quelques instants, alors que je mangeais ma salade poivrons-amandes effilées, le feu de l'urgence créative s'est mis à brûler en moi.

"Si je ne dessine pas un mouton tout de suite les répercussions pourraient être dramatique", me suis-je alors dit dans l'intérieur du dedans de moi-même.

J'avais arrêté de parler ici quand tout allait trop bien.

Tellement de nuits de sommeil en moins, de stress, de doute, de rage et de Brexit, à peine quatre semaines après avoir commencé mon nouveau boulot, donc, et déjà si proche du burn-out, me revoilà dans l'espoir fervent que créer (du mouton à poil, principalement) sera mon échappatoire tant espérée.

Moi, kiffer tellement le stress que j'en redeviens lyrique et productive ?

Moi, me rouler dans les ceintures cloutées et me frapper le front comme seule façon de retrouver la motivation ?

Moi, dalma gothique emo tendance drama queen ?

Pfff, n'importe quoi...

 

Posté par _ Aurelia _ à 20:58 - Commentaires [5] - Permalien [#]
Tags : ,